Welcome visitor you can log in or create an account

newsletter1fb logo twitter logo  instagram logo ytb logo

cpf_formation
Nous vous proposons des dizaines de formations à distance : Apprendre la photo, Photoshop, gimp, création de site, world, langues étrangères et bien plus... Avec un formateur personnel.

A+ A A-

Le manuel de la photographie Argentique

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

le_manuel_de_la_photographie_argentique

Un livre sur l'argentique, à l'heure du plus que tout au numérique....

Bon pour les nostalgiques, les amoureux du passé, les craintifs du passé, les peureux du changements et j'en passe ! Mais non, décidément rien n'y fait : ce livre me (re) plonge dans la chambre noire, pas tellement d'ailleurs tant nous nous habituons à l'atmosphère particulière de l'odeur des bains, le toucher de la matière bien, il me faut le dire, absente du numérique.

Mais, les deux univers se rencontrent puisque l'auteur nous fait (re) découvrir les petites et grandes astuces de la bidouille, au sens noble du terme, généralement utilisée pour donner son cachet au tirage. D'ailleurs, ne disait-on pas qu'un photo ne valait rien sans l'action d'un bon professionnel ?
Oui, pour ceux qui penseraient le contraire, auraient des doutes : jamais une photo ne ressortait brute...de négatif ( tous droits réservés ) !!

Qu'en penses l'auteur de cet ouvrage ? Une phrase prise au hasard bien choisi dans l'introduction dit tout « Il n'est désormais pas rare de voir cohabiter au sein d'un même sac photo un appareil argentique destiné aux images artistiques et un appareil numérique destiné pour sa part aux photos plus « passe partout » . »
Non je ne rêve, ou plutôt ne cauchemarde pas ; le livre a bien été édité en 2012. La mauvaise foi du passéisme me semble atteindre son comble..
Mais il se rattrape en disant par ailleurs : «  on ne peut tout simplement pas comparer ce qui n'est pas comparable. C'est une autre philosophie et autre approche. » Ah bon, on ne parle plus photo ?? 

 

Le matériel photo argentique

Continuons, sans aucun parti pris, dans les petites phrases.
Nous somme ici dans la partie 1 qui commence comme partout ailleurs : le choix de son matériel. Il nous est prouvé que son acquisition n'est pas aussi élevée que l'on pourrait le croire ; d'ailleurs une grille de lecture pour les boîtiers est donnée et va de 10€ ( pour les boîtiers amateurs ) à 800€ ( pour les pro ) .
Après que les plus de la focale fixe nous soit vantée par rapport au zoom, la petite phrase qui me plaît bien est : « Toutefois, si cette affirmation était vrai il y a quelques années... » elle ne l'est plus, merci mon capitaine.

En fait, le vrai intérêt de ce livre est dans l'explication de ce qui fait l'argentique que d'aucun pourrait considérer aujourd'hui comme un véritable handicap : l'impossibilité sur le terrain de faire tantôt du NB, tantôt de la couleur, changer les ASA ( ou ISO) étant donné la non interchangeabilité du film, on ne peut savoir si la prise de vue est correcte qu’après avoir procédé à son développement...

La prise de vue en argentique

Pour les connaisseurs, la partie 2 concernant la prise de vue n'apportera pas grand chose si ce n'est, peut-être, le rappel de l'usage des philtres ; ah le coquin, et dire que je pensais qu'il n'y avait qu'en numérique que l'on pouvait trafiquer son cliché... Plus loin, l'on verra que même si l'on peut désormais considérer ces méthodes empiriques,  un bon tireur pouvait faire plein de chose pour magnifier la photo.

Je me suis arrêté sur le chapitre 10 qui clôt cette partie : le portrait. En effet, j'étais curieux de connaître l'objectif préconisé ; ici, un 100 ou 105 mm pour leur coût moins élevé.

Le développement en laboratoire

La partie 3 va dans ce qui fait le charme, du moins pour moi, de l'argentique : le développement en laboratoire.
Et là, vraiment, sincèrement, vous trouverez tout ce qu'il faut des bases, et bonnes en plus, pour tirer la quintessence de votre prise de vue.
Vous saurez comment bien développer votre film avec des images formant presque un pas à pas de ce traitement crucial.
Puis vous rentrerez dans le vif en prenant connaissance de la manière qu'il convient d'interpréter son films, de le traiter, d'isoler une partir de l'image pour en faire ressortir les éléments, masquer ce qui peut gêner, colorer ( non numériquement ) son NB, traiter les tâches et autres défauts du film, etc.
honnêtement, rien que pour cela, et surtout pour çà : il faut acheter ce livre ou l'offrir à un ami plus courageux que vous asphyxié de l'ordinateur que vous êtes...

Très intéressantes, aussi, les annexes bien fournies en conseils, comment éviter de se faire piéger par les mauvais vendeurs ; mais également, vous donnant plein de chiffres pour, par exemple calculer la profondeur de champ, la durée de développement de son film selon sa marque et son type ( bon, Kodak est rappelé, mais l'auteur ne pouvait pas savoir ), des formules chimiques pour obtenir de bons bains. Même un essai sur l'encadrement est proposé en fin de livre.

Autre chose, juste après les portraits, une série de témoignages nous est communiquée pour nous prouver l'intérêt des jeunes sur cette technique photographique, qui, décidément, est toujours d'actualité...Et c'est tant mieux, lorsque je découvre, pour mon plus grand plaisir, les œuvres de certains de mes amis photographes ne jurant ( presque) que par l'argentique, mais qui, eux, n'auront pas besoin de ce bouquin...

 livre : Le manuel de la photographie argentique

auteur : Danny Dulieu

Éditions : PEARSON  
326 pages – 34,50€ ( vendu 32,78€ sur le site de l'éditeur )



Jean-Claude BaroussePour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique
Chronique par JC Barousse
Site : http://jcbarousse.free.fr
E-mail : jcbarousseATfree.fr (remplacer AT par @)