Welcome visitor you can log in or create an account

fb logo twitter logo  instagram logo ytb logo

A+ A A-

J'ai testé pour vous.. Les logiciels HDR d'Oloneo

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
PHOTOENGINE et HDRENGINE deux nouveaux logiciels de retouche HDR, très semblables dans leur aspect mais l'un se destine aux pros et l'autre au grand public.

L'appareil de photo, aussi perfectionné soit-il, ne perçoit toujours pas la même chose que l'oeil humain. De loin pas. Lors de précédente présentations, notamment de l'EXR développé par FUJIFILM, l'accent avait été mis sur la capacité de ces appareils à faire mieux que leurs concurrents, en terme de dynamique de l'image. L'oeil humain est capable de percevoir des différences entre le noir absolu et la lumière vive dans un rapport normalement admis de 1 à 100'000 pour la plus grande moyenne et de 1 à 1million pour les cas extrêmes. Cela signifie que dans des zones éclairées et ombragées, avec le soleil presque en face, nous sommes encore capables de distinguer des détails dans l'ombre. Chose impossible à un oeil électronique. Cependant, avec les capacités des processeurs et à l'aide de la technologie numérique, il est possible, après la saisie de l'image, d'interagir sur ces niveau de luminosité pour se rapprocher quelque peu de la perception humaine. L'EXR avait multiplié par 5 ou 8 ce facteur de dynamique mais cela n'apportait qu'une amélioration relativement faible, passant de 1 à 10 ou 12 à une dynamique de 1 à 60 au plus bas et 1 à 100 environ dans le meilleur des cas. On est encore loin de l'oeil humain. C'est donc à la postproduction qu'il devient possible d'intervenir. Il ne faut pas s'attendre à des miracles, des illuminations divines mais tout de même...

Il faut dire aussi que le stockage des images en format RAW permet beaucoup de posttraitements bien que les images JPEG se laissent également améliorer mais dans une moindre mesure.

HDREngine image brute

 

Même le ténor du traitement de l'image, Photoshop d'Adobe, doit passer par un module HDR pour ce travail. Ce n'est pas une fonction intégrée au traitement de l'image. Certes, la fonction est dans le logiciel par ce module mais cela tend à démontrer que ce traitement doit être considéré comme un activité unique. On ne fait pas de la retouche HDR, on fait du HDR ! Et le HDR intéresse autant les adaptes courants de la photographie que les pros et les passionnés d'images. C'est ce qu'à bien compris Oloneo en proposant deux version très semblables mais dont les affinements dans les fonctions concerneront en priorité une catégorie plutôt que l'autre.

 

Traitement HDR effectué

 

PHOTOENGINE se veut plus porté sur un usage professionnel tandis que HDRENGINE s'adresse à un vaste public, pas forcément avide de temps passé à travailler longuement sur un écran les images qui resteront d'excellents souvenirs mais sans plus. Cela ne signifie pas pour autant que les fonctions soient bradées dans la version tout public. D'autant plus que les deux versions sont disponibles en 32 bits ou en 64 bits. La différence est effectivement dans le traitement professionnel où des fonctions, pas nécessairement requise par un amateur, ont été écartées au profit d'un outil performant mais moins cher. La version pro propose, par exemple des éditeurs de courbes, des égaliseurs de couleurs, des fonctions de traitement RAW avancées, par lots, etc. que l'utilisateur Lambda moyen n'a pas absolument besoin. Par contre, les fonctions essentielles sont présentes et fonctionnent à merveille, à l'instar de la réduction du bruit, des réglages fins et même très fins de luminosité, de dynamique, d'éclairage et j'en passe et des meilleurs.

 

HDR Grunge

Très récent, ces deux logiciels font déjà forte impression et ne devraient pas tarder à inquiéter la concurrence. Terriblement efficaces en termes de calcul, agréable d'utilisation et d'une ergonomie bien pensée, avec des capacités de fonctionnement automatisées simples à régler, des rendus très facilement obtenus et, en quelques instants, au plus proche de ce que l'on désire, des traitements informatiques extrêmement rapides où il n'y a pas besoin d'attendre pour voir le résultat, même avec un ordinateur peu performant, voilà quelques-uns des atouts de ces logiciels. Ajoutons à cela une panoplie de rendus déjà tout prêts mais néanmoins modulables, des capacités à réaliser un HDR sur la base d'une seule image comme sur la base de plusieurs, évidemment. A noter que la production d'une image HDR à partir de plusieurs images n'est pas plus lente que sur une seule image.

 

Photoengine Explorer

 

Lors de l'utilisation de plusieurs images, une fonction permet d'essayer d'éliminer les fantômes (ghost en anglais). Essayer parce qu'à l'heure actuelle, c'est un des problèmes majeurs de ces traitement de plusieurs images en une seule. Il en va de même à l'assemblage de paysages en panoramique. C'est logique car on ne peut pas demander à un logiciel de reconnaître le mouvement d'un personnage illuminé dans la première image qui se déplace dans l'ombre à la seconde et qui ressort à moitié éclairé dans la troisième, par exemple. Mais à la comparaison des quelques autres HDR performants, les deux Engines s'en sortent très bien. L'exemple extrême ne s'étant pas présenté, ce n'est que sur une grande suite d'images qu'un petit détail a échappé à la sagacité du logiciel. Autre petit souci que je n'ose pas appeler problème mais qui peut aussi être une question de goût. Personnellement cet aspect ne me dérange pas du tout. Les images traitées HDR ressortent avec une saturation beaucoup plus forte que les images non traitées. Dans la majorité des cas, comme les paysages, cela leur donne un aspect plus artistiques mais certains puristes, en certaines circonstances, pourraient ne pas apprécier.

HDR traitement pro

 

 Oloneo nous propose ainsi deux produits, amenant une petite révolution dans la photographie, quelque chose que l'on avait plus vu depuis longtemps. Une façon de montrer et présenter l'image, facile, accessible et pour laquelle il n'y a lieu ni de vider sa tirelire ni de suivre des cours de plusieurs mois pour produire de superbes images. Dès sa parution, tant PHOTOENGINE que HDRENGINE se montrent à la hauteur de leurs concurrents, peut être même un poil plus en avant. A n'en pas douter, il va y avoir de la bagarre dans le HDR. Ce n'est pas un coup d'essai, c'est déjà un coup de maître à sa sortie, bigre ! Que l'avenir risque d'être captivant dans ce domaine !

rendu final

 Lorsque j'ai reçu ce logiciel à tester, ma première impression fut un peu méfiante, du genre « encore un HDR » mais peu après son installation et dès les premiers clics de souris, l'air maussade se transforma rapidement en émerveillement. J'en suis même arrivé à regretter de ne pas avoir plus d'images avec des jeux d'ombres compliquées pour voir ce que l'on peut en tirer. Les concepteurs d'Oloneo on fait là un travail remarquable. Seul petit bémol : Les concepteurs paraissent être francophones et leur site bilingue le montre mais l'interface n'est qu'en anglais. Aux derniers bruits qui courent, cette situation ne devrait pas perdurer encore très longtemps. Messieurs d'Oloneo dépêchez-vous, il y a des foules francophones qui attendent ...

Site Oloneo


 

Tous les détails de PHOTOENGINE et HDRENGINE ainsi que des versions d'essais sont disponibles sur leur site à cette adresse : http://www.oloneo.com/

Rémy Pilliard

Images: copies d'écran de l'auteur et copie d'écran du site.

Remy PilliardPour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique
Chronique par Rémy Pilliard
Photographies d'auteur
Site : http://www.d-aprilli.net/
E-mail : remy.pilliardATphotophiles.com (remplacer AT par @)