Welcome visitor you can log in or create an account

fb logo twitter logo  instagram logo ytb logo

A+ A A-

Critiques Septembre 2008


Photo Pierre-Yves ToupéPhoto Nicolas LeonardPhoto Olivier Delézay
Auteur : Pierre-Yves Toupé
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :
Boitier : Sony, Cyber shot
Auteur : Nicolas Leonard
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :
Boitier : Finepix S6500D
Auteur : Olivier Delézay
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :
Boitier : Nikon D200
Focale : 50 mm

La critique d'Hervé Cornette

La rentrée est là. Las.

Nos politiques disent à ceux qui veulent l’entendre qu’elle s’est bien déroulée. La Photokina annonce pléthore de nouveautés plus intéressantes les unes que les autres. On parle de full frame, de définitions à couper le souffle, de logiciels à fonctions étendues, etc., etc.

Et la photo avec ça. Elle est surtout à Visa pour l’image à Perpignan. Ce sera fini lors de la parution. Pour y être allé, c’était une magnifique manifestation. Comme à chaque fois.

Bon revenons à nos moutons. Chronique longue car pour moi, une photo vaut le détour. 

Photo Nicolas Leonard

La première, Le portrait de la jeune fille qui fume. Bon, à tout vous dire j’ai une vignette de présentation qui présente le modèle en vertical et la tête me parait mieux placée. L’auteur a souhaité la modifier et la transformer en Noir et Blanc, c’est son choix, en fonction de ce qu’il a voulu montrer. Ce serait bien que nous sachions si le sujet était de réflexion ou esthétique, en absence d’éléments tangibles je me contenterai de parler esthétique. La chose positive est que les yeux sont sur une bonne horizontale supérieure. Le traitement n&b montre des zones cramées, mais bon, c’est peut être du à mon écran. Après, perso j’aurais décalé le visage sur la droite. Les yeux étant dans le vague je pense qu’il aurait fallu mettre le visage plus à droite afin de dégager l’espace à gauche, vers le lointain. Les autres parasites : les bandes noires et blanches derrière le modèle, la montre, les yeux un peu fermés à cause probablement de l’éclairage. Et le cache misère est inutile, quand une photo manque d’assise, ce n’est pas un encadrement qui lui donnera.

 

Photo Pierre-Yves Toupé

La seconde, la fille et l’arbre. Seconde photo noir et blanc du mois. Le traitement semble correct, on va d’un noir profond à un blanc séculaire. Le modèle s’inscrit bien dans le V du tronc d’arbre. Là, en absence d’éléments tangibles je me contenterais de ne regarder que l’esthétique du cliché. Pourquoi avoir déclenché au moment où le modèle passe la main devant ses yeux ? Pourquoi avoir mis le modèle plein centre ? Serait ce du à l’usage de l’automatisme de mise au point? Pourquoi ne pas avoir fléchi les genoux pour que le visage soit dans le ciel. Un petit pas à gauche et le gratte ciel qui touche la droite de l’arbre aurait disparu. Voyez, pas besoin de totoshop pour retirer les éléments indésirables. Perso j’aurais supprimé un peu du tronc de gauche et un peu de la base de la photo. Cela aurait mis votre modèle dans le tiers gauche de la photo.

 

Photo Olivier Delézay

La troisième, les tags, les portraits, les légendes. Je ne sais pas si c’est un montage. Peu m’importe. Pour moi c’est LA photo. Un message dans une telle image engagée est toujours interprétée en fonction de ce que celui qui la regarde a vécu et de quelle façon son « référentiel » s’est construit. L’interprétation est donc la mienne et n’engage que moi. Je vois trois messages possibles délivrés par l’auteur : les relations opposées entre les Etats Unis et l’Iran, l’opposition entre les démocraties capitalistes axées où l’énergie est la seule préoccupation et les républiques islamistes où la religion est la seule vérité, le capitalisme qui nous emmènent à notre perte par la consommation et les islamistes qui nous emmènent à notre perte par leur extrémisme.

Je prends cette dernière hypothèse.

Les Etats Unis aveuglés par leur besoin en énergie, les Etats Unis qui vont en guerre pour cette énergie sans se soucier des dégâts créés par la surconsommation et la pollution. A l’opposé de l’Iran islamiste qui répand le sang au nom de la vérité détenue par cette religion.

L’aveuglement : l’américain est caché par le fut.
Energie : le fut et les couleurs rouge, orange, jaune et noire signifient le feu.
Dégâts : l’inscription Dead Zone, les couleurs là encore.
Défense des intérêts : la gueule ouverte du chien avec les dents acérées.
Vont en guerre : le personnage est un faucon de l’équipe de Bush.
La dépendance énergétique : les flexibles qui partent du fut et qui sont fixés au mur avec des chaines.
L’Iran représenté par son président.
L’islam extrémiste : le président Iranien
La vérité : le panneau avec son inscription
Le blanc, le noir. La pureté, la mort.
Le sang : la couleur du panneau et les dégoulinures rouges à droite et sous le président Islamiste.
Une touche d’optimisme entre ces deux mondes: « les optimistes écrivent mal ».

Que les sujets soient sur un mur permet que les deux mondes soient sur un même plan. Les deux nous conduisent à la catastrophe.

Voyez, pas besoin de parler de construction photographique. Et pourtant, c’est bigrement bien monté : les lieux ou les opinions politiques sont donnés par les personnages situés chacun approximativement aux tiers supérieurs. Les conséquences sont situées aux tiers inférieurs. Les messages sont symbolisés par les couleurs ou les objets.

Pour moi c’est vraiment une excellente photo.

Bravo.

Hervé Cornette

La critique de POV

La critique de POV

Bonjour les bronzé(e)s,

Enfin > j'espère pour vous ;)

Merci de m'épargner pour cette rentrée : c'est vrai que le retour au quotidien est plutôt difficile pfff !

De ce que je vois, il n'y a qu'une seule photo qui justifie un commentaire. 1 1/2 , on va dire. Cool > c'est du mi-temps.

Photo Nicolas Leonard

1. La fumeuse > out. Son seul intérêt serait qu'il s'agisse d'une "people" pour en faire une illustration de m.. , courante dans la presse PQ spécialisée > en l'occurrence  > non.

 

 

 

Photo Olivier Delézay

2. L'affiche militante > c'est un parti-pris qui... manque de vie. Où est la passante en tenue folklorique locale qui habiterait ce panneau publicitaire ? Elle est là pô là et du coup > tout manque. Donc > out.

 

 

 

Photo Pierre-Yves Toupé

3.  La femme battue : :)
L'idée n'est pas stupide mais - une fois encore - les détails frappent ;)
A éviter absolument, le fil d'horizon à gauche de l'image > il éloigne du sujet. Donc recadrage impératif.
Le tirage (s'il y a) est mou. Une telle situation doit rendre plus d'intensité, donc de valeurs obscures dans le ciel. Là > yapa :(
Je le dis d'autant plus sincèrement que j'ai revu aujourd'hui des travaux de Sieff. Beaucoup de tirages appuient là où il faut.
Du coup, cette pauv' zézette perd du sens (et sûrement un oeil) mais bon... il y a de l'idée. Effort à poursuivre en ... argentique. Hi hi !

Allez ++ en espérant autre chose le mois prochain. 

POV