A+ A A-

Sarai David

Photo Sarai David

Quelle a été votre première rencontre avec la photographie ?:

J'ai commencé à pratiquer la photographie numérique en amateur à l'âge de 23 ans. Ce fut un vrai coup de foudre. J'ai tout de suite flashé sur le style "macro". J'ai aimé m'appocher des fleurs, des insectes, pour en capturer toute la beauté et la simplicité. Voir immédiatement les photos prises sur le vif sur un écran permet de s'améliorer : on repère ses erreurs et on recommence. Le numérique une magnifique invention.

Quel a été votre parcours pour devenir photographe ?:

Pendant mes études universitaires, j'avais tous les jours sur moi un petit appareil photo et je photographiais tout. Du moins , tout ce qui me paraissait digne d'intérêt : une tache de café sur le pavé, un préservatif tombé de la poche de quelqu'un, des inscriptions sur les toilettes, des passants sur la route, un conducteur qui mettait son doigt dans le nez au feu rouge... J'adorais la spontanéité et l'originalité de ces instants qui suscitent en général de l'indifférence. Moi, ils me passionnaient parce qu'ils étaient révélateurs de la vie anodine. Après quoi, je me suis lancée dans des expositions. A 28 ans j'ai eu une expo individuelle en banlieue où j'y montrais des photos essentiellement abstraites. Puis à 33 ans j'en ai eu une collective dans la galerie parisienne "photo originale" dans le 1er arrondissement. Je présentais des images très influencées par les vieilles photos de 1900. Je l'ai donc intitulée "A la vieille !" Mais je n'ai jamais pris de cours de photographie. Je suis une artiste entièrement autodidacte et passionnée.

Comment vous définissez-vous en tant que photographe et avez-vous un thème de prédilection ?:

Je me définis actuellement en tant qu'artiste New Age car la nature est très importante à mes yeux. Très portée sur l'écologie, j'utilise mon art pour transmettre un message de responsabilité vis-à-vis de notre environnement. Certains moralisent, d'autres sensibilisent. Moi, je tente d'allier plaisir et conscience. Il y a une recherche permanente d'esthétique dans mes photographies. Comme un trouble qui permet d'aller au-delà du réel pour percevoir l'essence des objets naturels. Mais mon style évolue d'année en année, je ne me catégorise pas. Je m'inspire, tout simplement. Je défends un art numérique traditionnel, sans retouche sur logiciel.

Quels sont les photographes qui vous ont inspiré ?:

Surtout Sebastiao Salgado, un photo-reporter brésilien expatrié en france. Il est très engagé dans la protection environnementale et humaine.Il a beaucoup voyagé et c'est à lui qu'on doit toute la sensibilisation qui a été faite il y a plusieurs décennies autour de la famine en somalie. Et puis il a beaucoup montré les guerres et ses explosions...
D'un point de vue esthétique, il joue énormément avec la lumière. Quand il était enfant, il partait faire des randonnées d'une journée entière à cheval au brésil, et cette lumière est restée gravée au fond de son regard.
Je m'inspire aussi des photographes humanistes comme Cartier-Bresson dont les images ont traversé le 20e siècle, des chapeaux haut-de-forme aux hippies. C'est à lui que l'on doit la photo de la femme qui tend une fleur devant des soldats armés pendant la guerre du vietnam..."Flower power", slogan des années 70 , ça vous dit quelque chose ?

Parmi toutes les images que vous avez réalisées, quelle est votre photo préférée et pourquoi?:

Il s'agit d'une image que j'ai eu beaucoup de mal à réaliser et dont je suis très fière du résultat. Je l'ai nommée "tourbillon" car elle me fait songer à ces effets cinématographiques dans les films fantastiques. Je n'use d'aucune retouche informatique, j'ai simplement tourné l'appareil jusqu'à obtenir un effet incroyable et quasi-psychédélique. J'ai eu la chance avec moi, car à bien d'autres reprises les photos du même genre étaient toutes floues et ratées...

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite devenir photographe pro ?:

Choisir un bon appareil photo. Pas forcément cher mais qui a un zoom assez puissant.
Puis aussi d'être patient , développer son talent autrement qu'avec l'appui informatique. Ouvrir les yeux sur ce qui l'entoure. VOIR avant de photographier.
Puis surtout, TRAVAILLER. Il ne suffit pas de compter sur le talent ou l'inspiration, il faut recommencer, changer, évoluer. Etre photographe est un travail qui demande du temps pour trouver son style et le développer à bon escient.

Avez-vous un projet en cours ou à venir dont vous souhaitez nous parler ?:

Je suis en train de réaliser un ouvrage de photographies présentant globalement mon travail artistique. Le thème ? La lumière. Sans elle, l'art n'existerait pas.

CONTACT AUTEUR

Site Internet : https://twitter.com/saraidavid4