A+ A A-

La macro à fleur de peau

  • Published in Theme

La macro à fleur de peau 

photographieLa macrographie photographique s'immisce au cœur de la matière en l'effleurant et en la palpant du regard. Elle n'est pas seulement l'apanage des scientifiques qui observent la substance même des choses, elle est aussi celle des artistes mettant à jour la quintessence de l'infime à travers des compositions étrangement abstraites. Le tout petit apparaît sous forme de courbes, un détail précis, une couleur discrète ou vive. Selon Sophie Thouvenin "Le plus petit est parfois le plus grand, jusqu'à l'infini".

photographieDans son site Prismes.com Sophie Thouvenin explore de la macrographie les facettes chromatiques, les lignes à peine visibles de l'objet ou de la nature. L'objectif visé est celui d'extraire la texture, la profondeur des choses grâce à l'univers du végétal ou de l'artificiel. Souvent il en ressort des compositions pleines de poésie avec une forte densité chromatique. Le sujet disparaît quasiment sous des couleurs rayonnantes d'éclat et chatoyantes de lumière. La magie photographique s'opère par la grâce d'un œil aiguisé ne laissant rien au hasard, toutes les pistes sont analysées, étudiées de manière à mettre en valeur la substance intrinsèque du tout petit.

photographieTout d'abord Sophie Thouvenin explore l'univers de l'eau et du verre à travers des transparences subtiles issues de la transposition de la lumière et de la couleur des objets dont les courbes s'entrecroisent les unes dans les autres. Elle étudie le potentiel de l'élément eau sous toutes ses formes qu'il soit liquide, glaçon, buée, bulle, si bien qu'une alchimie iconique s'effectue entre les différentes composantes. En scrutant toutes les facettes du liquide un jeu chromatique s'opère entre l'eau et son contenant. L'univers quotidien aquatique apparaît alors comme un milieu qui vit, évolue sans cesse au gré du temps. Sophie Thouvenin nous invite à "buller en apnée", respirer et s'irradier de cette fascination du fragile.

photographieLa plus grande partie de son travail macrographique en photographie est consacrée à son émerveillement concernant la nature et plus particulièrement les fleurs. Ainsi elle réalise un nuancier développant toute la palette chromatique allant du rouge passion d'un coquelicot à la majestueuse froideur du bleu d'une pensée. La puissance de la photographie surgit de la pureté de la ligne, de la composition épurée, de l'aspect lisse ou granuleux d'une texture. Sophie Thouvenin va à l'essentiel en se débarrassant du superflu. Seuls la ligne d'une tige, le contour d'un pétale, les nervures d'une feuille, le pistil du cœur d'une fleur, suffisent à révéler les mystères de la nature. La matière est au cœur de la photographie mettant en reflet le velouté, le grain, le suave, le doux. La fragilité est sans cesse magnifiée. Mais très vite elle s'intéresse à la luxure d'un matériau comme les rubans de soie et de dentelle dont elle en fait éclore des formes abstraites laissant libre cours à l'imaginaire. Puis elle a également plongé son regard dans l'univers poétique et magique des jouets d'enfants telle qu'une poupée de bois, d'un pélican en plastique, et de l'éternelle barbie.

photographieLa photographie de Sophie Thouvenin se compose avant tout de rêves laissant place à l'illusion, en affirmant la beauté et le bonheur de voir les choses. Cependant jamais elle ne perd de vue l'essentiel, d'ailleurs ses dernières créations en sont la preuve où en cette période hivernale elle s'intéresse tout simplement aux graines d'une plante quasi chétive.

A découvrir les sites :

ttp://www.prismes.com
http://stillme.free.fr

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique :

Chronique par Laurence Bagot

Site : http://lbagot.free.fr
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.