Welcome visitor you can log in or create an account

fb logo twitter logo  instagram logo ytb logo

A+ A A-

Urbanitas 9

Les expositions photo
Date: mardi 27 août 2019 13:00 - samedi 21 septembre 2019 18:00

Lieu: Galerie Rastoll  |  Ville: Paris, France

Les mots du galeriste
Trois femmes, trois hommes cinq photographes et une céramiste se partagent l'affiche de la neuvième édition de l'exposition Urbanitas à la Galerie Rastoll. Couleur du jour et de la nuit, noir et blanc contrastés qui jouent avec la lumière en tonalité et contraste. Matières de grés chamotté parfois lissé et ciré répandant leurs sons comme des maracas, au creux de la main. Ces artistes appréhendent la rue, les volumes de la terre pour nous faire voir autrement.
Anne Sophie Jeannin est la marraine de cette exposition. 
Cette photographe a déjà exposé plusieurs fois avec la galerie et nous apprécions particulièrement l'évolution de son travail. Jurée lors de présélection des finalistes du VIF à Vincennes en 2019 en notre compagnie son regard et sa photographie sont particulièrement intéressants à suivre. Aujourd'hui, elle nous propose deux séries bien différentes, l'une en couleur reprenant les codes de ses précédents travaux, l'autre en noir et blanc flashé avec une ambiance beaucoup plus pesante, voire sombre.

Avec ce travail, l'artiste nous propose une nouvelle fois de voir la rue et ce qui la compose, sans humain, une architecture Urbaine et végétale où la texture, les lignes et les courbes nous invitent à prendre notre temps pour voir autrement.
Et si le monde dans lequel nous évoluons n’était pas ce que l’on croit ? Chacun d’entre nous possède une vision qui lui est propre et c’est en nous détachant du réel que nous pouvons mieux le percevoir. C'est ainsi que le jeune photographe de 17 ans Paul Gilbert nous ouvre son univers. L'humain n'existe presque plus seul restent les structures colorées et sur éclairées qui composent ses images. Ses photos nous enivrent d'une vision étrange notamment avec la photo au centre de sa section, seule humaine qui se retrouve alors dans un monde apocalyptique, dépouillé de vie et sans défaut, laissant apparaître des perspectives inconnues et la possibilité d'aborder la ville sous un angle nouveau.
A l'opposé, Françoise le Dain crée avec sa série "Petits bonheurs d'une journée à la plage" la réminiscence d'un souvenir que chacun a en mémoire. Ces instants en famille, car Françoise n'est partie qu'une fois au bord de la mer avec ses parents, frères et sœurs. C'était le début du grand essor des congés payés où l’on pouvait enfin consacrer du temps libre ensemble, elle avait alors 3 ans. Cette série est presque à voir comme un jeu de 7 familles où nous devons retrouver la grand-mère, le père, le doudou de l'enfant... L'artiste ne nous emmène pas seulement au bord d'une plage elle crée avec les gens d'aujourd'hui ce souvenir unique 

Après le soleil allons de l'ombre à la lumière tel que l'écrit Yann Verrier Sauvaire dans sa série "Désert urbain". Ici, l'ombre naît dans la lumière, celle qui effleure la rue comme le soleil caressant la peau d'un bâtiment et révèle le revêtement qui le recouvre. Le jour se lève, on continue à entendre le silence urbain. Il hante ce désert, transpercé par des traits de lumière. Quand la nuit s’échappe, on commence à ressentir les trépidations et les vibrations, le décor est là planté, il attend sa foule, ses visiteurs et donc nous.
Partons ensuite pour l'île Maurice avec la série "Le Grand Bazar" de Port-Louis, de Didier Hillion. L'artiste nous emmène dans une ambiance diffèrent de nos marchés occidentaux, un projet humaniste où nous croisons les marchands qui s’installent avant l’arrivée du chaland, local ou touriste, un moment qui ouvre des opportunités d’échanges et de découverte des cultures locales. Ici l'artiste nous propose de découvrir la vie, l’architecture, l’ambiance d’un endroit en sursis depuis des années, mais qui a, jusqu’à présent, résiste au vent de la modernisation.

Il n'y a pas d'Urbanitas sans céramiste et nous sommes heureux d'inviter pour la première fois à la galerie Anne Servanton-Loeb. Ses pièces chamottées en grés gratté avec bandes polies et cirées ou simplement brut répandant leurs sons comme des maracas, sont une invitation à la grâce de l'antique. Figuratifs ou abstraits, pots ou sculptures, personnages ou contenants ? terre, pierre ou fer ? doux ou rugueux ? ou les deux selon que la main caresse dans un sens ou dans l' autre. Anne vous propose différentes pièces d'art de très belle facture. Anne façonne dans la masse et en bandes plates ces contenants habités : creuser, étirer, ajouter, monter, taper puis, caresser encore et encore, inlassablement jusqu’à l’équilibre parfait entre courbes et contre-courbes. Atteindre au travers du geste et du regard la fluidité d’un dessin dans l’espace.
Cette édition est simplement éclectique donc à voir et à acquérir sans hésitation.

François Rastoll juin 2019

 

 

 

Email
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse
16 rue Sainte-Anastase
Paris, France

 

Carte


 

Toutes les Dates


  • Du mardi 27 août 2019 13:00 au samedi 21 septembre 2019 18:00
  • jeudi 5 septembre 2019 19:00